berner


berner

berner [ bɛrne ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1486 « moquer »; p.-ê. de l'a. fr. « vanner le blé », de bren « 3. son »
1Vx Faire subir la berne à. brimer.
2Fig. Tromper en ridiculisant. duper, jouer, railler. « cette comédie du sport avec laquelle on berne et fascine toute la jeunesse du monde » (Duhamel). « il se vit bafoué, berné » (La Fontaine).
⊗ CONTR. Démystifier, détromper.

berner verbe transitif (ancien français berner, vanner le blé, de bren, son) Tromper quelqu'un en racontant des balivernes ; leurrer. ● berner (homonymes) verbe transitif (ancien français berner, vanner le blé, de bren, son)berner (synonymes) verbe transitif (ancien français berner, vanner le blé, de bren, son) Tromper quelqu'un en racontant des balivernes ; leurrer.
Synonymes :
- emmener en bateau (familier)
- faire marcher (familier)
- pigeonner (familier)
- refaire (populaire)
- rouler (familier)
- se jouer de
Contraires :
- désabuser
- détromper
- éclairer

berner
v. tr. Tromper et ridiculiser. Berner un être crédule.

⇒BERNER, verbe.
A.— Vx, rare. Molester quelqu'un en le faisant sauter sur une couverture (berne) que secouent plusieurs personnes (cf. berne2 B) :
1. Voiture a-t-il été réellement berné, c'est-à-dire lancé sur une couverture, ce qui serait à la rigueur possible (...) ou bien n'est-ce là de sa part qu'une folle invention et un badinage?
SAINTE-BEUVE, Causeries du lundi, t. 12, 1851-62, p. 196.
2. ... j'avais voulu apprendre le français au régiment, et j'avais acheté une grammaire sur ma paye. Mais les hommes se sont fichus de moi, et ils m'ont berné dans mes draps.
A. FRANCE, Pierre Nozière, 1899, p. 100.
B.— Au fig. Harceler quelqu'un de plaisanteries; se moquer de lui en lui faisant croire ce qui n'est pas, le tourner en ridicule. Un vieillard amoureux berné par une jeune femme rusée (R. DUMESNIL, Hist. illustrée du théâtre lyrique, 1953, p. 126). Synon. bafouer, jouer, leurrer, railler, ridiculiser :
3. — Jamais, monsieur, dit la Grisette, on peut berner un homme, mais lui faire tort dans sa carrière, jamais!
MUSSET, Mimi Pinson, 1845, p. 227.
P. ext. Tromper :
4. Il [Durtal] éprouvait ce réveil douloureux du malade qu'un médecin berne pendant des mois...
HUYSMANS, En route, t. 1, 1895, p. 231.
5. D'abord, il [Maximilien] s'est laissé berner par de mauvaises promesses, lui qui avait cru faire un mariage d'inclination et d'argent.
M. AYMÉ, Le Puits aux images, 1932, p. 43.
Rem. On rencontre dans la docum. a) L'adj. bernable, fam., vieilli (1736-38, VOLTAIRE, Enfant Prodigue, I, 1 dans LITTRÉ; dér. de berner, suff. -able). Qui peut être berné ou qui mérite d'être berné. C'est un homme bernable (Ac. 1835-78); b) Le subst. masc. et adj. berneur, fam. (CHEVALIER, Amours de Calotin, 1664, I, 2 dans R. Hist. litt. Fr., t. 4, 1898, p. 288; dér. de berner, suff. -eur2). (Celui) qui berne. Je ne crains ni la berne, ni les berneurs (Ac. 1798-1878). Être berneur.
PRONONC. :[], (je) berne [].
ÉTYMOL. ET HIST. — 1486 berner « moquer » (J. MICHEL, Le Mystère de la Passion, éd. O. Jodogne, 1264 : Nostre regne est des estrangiers cerné; Si grant n'y a qui n'ait esté berné); [1508 lat. bernare « faire sauter qqn en l'air sur une couverture pour s'en moquer » (G. BUDÉ, Annotations in Pandectarum, f° 10 d'apr. BRAULT, v. bbg., p. 234 : Caeterum quod Tranq. in sublime sago iactare dixit : vulgo bernare dicunt : id. est sago excutere sursum versus)]; 1534 berner (RABELAIS, Gargantua, éd. J. Plattard, Paris, 1961, p. 13 : En ce gueret peu de bougrins sont nez, Qu'on n'ait berné sus le moulin à tan); 1611 berner « se moquer de, tromper » (COTGR.).
Dér., avec métathèse, de l'a.fr. bren « son » (v. bran), berner ayant eu sans doute d'abord le sens de « vanner le blé » (cf. EST. 1549 : Berner ou Vanner, Excutere; cf. aussi le sens 1 de berne II), d'où « faire sauter en l'air ». Cette hyp. émise d'abord par BARB. (v. bbg.), a été reprise et complétée par W. Von Wartburg (v. bbg.), puis par REW3, BL.-W.5 et GUIR. (v. bbg.). J. ORR, (v. bbg.), suivi par EWFS2, s'y est rallié sur le plan phon. mais non sur le plan sém. : constatant que le sens fig. « moquer » est ant. au sens de « vanner » et s'appuyant sur une interprétation scatologique très plausible de l'expr. de Rabelais, il pense que le sens primitif serait « souiller d'excréments », berner étant alors dér. de bren « matière fécale »; cependant cette évolution sém. n'est pas confirmée. N'est pas dér. de berne2 (DAUZAT 1968), plus tardif.
STAT. — Fréq. abs. littér. :94.
DÉR. Bernement, subst. masc., rare. Action de berner, manière dont on berne quelqu'un. P. ext. Moquerie, raillerie. []. 1re attest. 1661 (MOLIÈRE, École des Maris, III, 5 dans Ch.-L. LIVET, Lex. de la lang. de Molière, t. 1, 1895, p. 241); dér. de berner, suff. -ment1. Rem. On rencontre dans la docum. le synon. bernerie, subst. fém. (G. SAND, Les Beaux Messieurs du Bois-Doré, t. 1, 1858, p. 190; dér. de berner, suff. -erie). ... le bon marquis n'était pas encore assez fou pour ne pas appréhender d'être l'objet de quelque « bernerie » (ID., ibid.).
BBG. — BARB. Misc. 1925-28, pp. 28-29. — BRAULT (G. J.). The Date of French berner. Rom. Philol. 1958/59, t. 12, pp. 232-234. — GRIFFIN (D.). French berne, Spanish bernia. Rom. Philol. 1950/51, t. 4, pp. 267-274. — GUIRAUD (P.). Le Champ morpho-sém. du mot tromper. B. Soc. Ling. 1968, t. 63, n° 1, pp. 96-109. — GUIR. Étymol. 1967, p. 14. — LINDFORS-NORDIN (E. G.). Berne, berner. expr. rabelaisiennes. Ét. hist. et étymol. Stockholm, 1948, 30 p. [BOURCIEZ (J.). R. Lang. rom. 1948, t. 70, p. 88]. — ORR (J.). Autres étymol. scabreuses. Archivum romanicum. 1945, t. 9, pp. 28-43; Id. In : Essais d'étymol. et de philol. fr. Paris, 1963, pp. 41-46. — WARTBURG (W. von). Eine Neue Erklärung von fr. berner. Z. rom. Philol. 1952, t. 68, pp. 415-417.

berner [bɛʀne] v. tr.
ÉTYM. 1534, Rabelais, sens douteux; 1508 en lat., bernare; « moquer », 1486; orig. incert.; probablt dérivé avec métathèse de bren « son » : aurait signifié initialement « vanner le blé »; selon John Orr, plutôt du sens « excréments » (→ Bren), le mot aurait alors eu la valeur initiale de « conchier ».
1 Vx. Faire subir à (qqn) la brimade de la berne. Brimer.
1 La jalousie que quelques écoliers conçurent (…) les poussa à le (le 3e fils de Mancini) berner dans une couverture.
Saint-Simon, Mémoires, 357, 218.
2 (1611). Fig. Tromper en ridiculisant. Duper, jouer, railler.
2 Quelqu'un le reconnut : il se vit bafoué,
Berné, sifflé, moqué, joué (…)
La Fontaine, Fables, IV, 9.
3 Tout au plus ai-je à me reprocher l'inoffensive plaisanterie dont je confesse avoir longtemps berné l'indulgente patience de mon maître (…)
Courteline, Petit historique de Boubouroche.
4 Mais cette comédie du sport avec laquelle on berne et fascine toute la jeunesse du monde, j'avoue qu'elle me semble assez bouffonne.
G. Duhamel, Scène de la vie future, XII.
——————
berné, ée p. p. adj.
|| Un mari berné. Trompé.N. m. (XVIIIe). || Le berneur et le berné.
5 Et que, partant, il est clair que le berné n'a manqué à aucun de ses devoirs envers son héros le berneur (…)
Voltaire, Lettre à Richelieu, 19 déc. 1764.
DÉR. Bernement, berneur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Berner — ist der Familienname folgender Personen: Albert Berner (* 1935), deutscher Unternehmer Albert Friedrich Berner (1818–1907), deutscher Strafrechtswissenschaftler Alexander Berner (* 1966), deutscher Cutter Bernd Berner (1930–2002), deutscher Maler …   Deutsch Wikipedia

  • Berner SE — Rechtsform Europäische Gesellschaft Gründung 1983 …   Deutsch Wikipedia

  • Berner — is or was the surname of the following people:*Alexander Berner *Bruno Berner *Carl Berner *Geoff Berner *Peter Berner *Sara Berner …   Wikipedia

  • Berner Au — Berner AuVorlage:Infobox Fluss/GKZ fehlt Lage nordöstliches Hamburg Flusssystem ElbeVorlage:Infobox Fluss/FLUSSSYSTEM falsch Abfluss über Wandse …   Deutsch Wikipedia

  • berner — Berner. v. a. Faire sauter quelqu un en l air avec une couverture, par jeu, ou par derision. Si on ne l eust tiré des mains de ces yvrognes, ils l alloient berner. Il sign. fig. Traiter quelqu un de ridicule, le railler avec mespris. Il a esté… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • berner — BERNER. v. a. Faire sauter quelqu un en l air par le mouvement d une couverture sur laquelle on l a mis. Ils le mirent sur une couverture et lebernèrent. f♛/b] Il signifie figurément, Tourner en ridicule. Il a été berné en bonne compagnie. Si je… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Berner [1] — Berner, so v.w. Bernhard …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Berner [2] — Berner, Friedr. Wilh., geb. 1780 zu Breslau, war im 9. Jahre Pianist, im 13. Organist an der ersten evangelischen Hauptkirche, dann Organist an der Elisabethenkirche u. Universitätsmusikdirector, wurde, während Karl Maria v. Weber sich 1804–1806… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Berner — Berner, 1) Albert Friedrich, Kriminalist, geb. 30. Nov. 1818 zu Strasburg in der Ukermark, studierte in Berlin die Rechte und Philosophie, habilitierte sich daselbst als Privatdozent für die strafrechtlichen Disziplinen und ward 1848… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Berner — Berner, Albert Friedr., Kriminalist, geb. 30. Nov. 1818 zu Straßburg (Ukermark), seit 1848 Prof. in Berlin; schrieb: »Lehrbuch des deutschen Strafrechts« (18. Aufl. 1898), »Lehrbuch des deutschen Preßrechts« (1876) …   Kleines Konversations-Lexikon